Navigation Menu+

Dans la série coups de gueule, je demande les tops

Posted in ARTS, FEATURED, REFLEXIONS | 2 comments

Les tops dominent la vie culturelle, économique, sociale, artistique, philosophique, politique, sexuelle, sérieuse, futile. Impossible d’y échapper. Big Brother n’est pas le culte anthropomorphique de la personne imaginé par Orwell, mais un classement. Box Office is controlling you. Combien d’oeuvres, de personnalités, d’idées nous échappent parce qu’écartées de ces fameuses hiérarchies orchestrées par des rédactions bien heureuses de meubler leurs pages rédactionnelles et de garnir leurs espaces annonceurs ! La mort de la créativité, le crépuscule des différences, la fin de l’originalité ? Être dans le Top garanti une visibilité importante, une mise en lumière sans équivalent. Le Top est-il un objectif, ou faut-il conserver sa personnalité au risque de demeurer dans les ténèbres ?

2 Comments

  1. Être ou ne pas être c’est toujours la question.

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>